fiches de bts esf

fiches de bts gratuit et échange
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ambiance lumineuse suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
odray
Admin


Nombre de messages : 141
Localisation : alsace
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: ambiance lumineuse suite   Jeu 19 Oct - 11:16

3- les tubes ou lampes fluorescents.



Le tube est enduit à l'intérieur d'une poudre florissante qui absorbe les radiations courtes c'est-à-dire les UV et remet sur une longueur d'onde plus élevée. Les filaments des électrodes lorsqu'ils sont chauffés par un courant de préchauffage émettent des électrons, et un arc électrique s'amorce entre les deux électrodes. Cette décharge électrique à travers les vapeurs de mercure provoquent l'émission d'ultraviolets qui sont arrêtés par le vert mais absorbés par l'enduit fluorescent qui émet alors de la lumière visible.



Les inconvénients sont :

  • ne pas le casser
  • mauvais rendu des couleurs




Les avantages sont :

  • efficacité lumineuse n'est au moins trois à quatre fois plus élevées qu’une lampe à incandescence
  • durée de vie que font plus longues
  • la luminance est 1000 fois moins éblouissante que le filament d'une lampe à incandescence, en raison de la très grande surface d’émissions.




4- les lampes fluocompacts.

Ce sont de petits tubes fluorescents compacts et à culot, qui peuvent remplacer les lampes à incandescence moyennant un adaptateur. Le dispositif électronique d'amortissages et de stabilisation de la décharge électrique dans la lampe est incorporée soit au culot, soit un adaptateur sur la douille. Leur durée de vie huit fois supérieure à celle des lampes à incandescence. Pour des dimensions comparables, leur efficacité lumineuse est bien supérieure et permet jusqu'à 80 % des économies d'énergie. Par contre, son coût d'achat est plus élevé.



5- lampe à décharge

Dans ces lampes, une décharge électrique déclenchée et entretenue dans un gaz provoque une émission de lumière visible. Elles sont à vapeur de sodium haute ou basse pression, à vapeur de mercure haute pression, à hydrogène ou au xénon. Elles ont une puissance et une efficacité importante et une durée de vie élevée de 5000 à 10 000 heures. Elle favorise la précision de la vision mais elle dénature fortement la couleur. Leur utilisation est réservée à l'éclairage extérieur.



6- comparatifs des sources de lumière









IV- l'éclairage



1- l'éclairage naturel.



C'est un éclairement fourni par la lumière solaire : à midi en était éclairement de 100 000 lux, à l'ombre de 5000 à 10 000 lux, et la nuit et par pleine lune à 0,2 lux.



Les conditions d'un bon éclairage solaire :

Même si son intensité et variable suivant le temps, l'heure, la saison il reste cependant le mode d'éclairage idéal mais à condition d'être :

> Uniforme

> suffisant

> Bien orientée







2- qualités d'un éclairage artificiel.

Un bon éclairement doit donner un certain confort visuel et permettre une vision rapide et précise sans occasionner ni gène, ni fatigue.



  • L'éclairement doit être suffisant, de lui dépend l'acuité visuelle des utilisateurs. Il doit être de 500 lux pour travailler, lire et écrire. 200 lux pour se déplacer en toute sécurité. 300 lux pour recevoir à une clientèle.
  • La luminance. Il faut éviter la trop forte luminance


> Direct en utilisant des diffuseurs et des réflecteurs

> Par réflexion sur des surfaces brillantes comme la glace

> Par contraste entre les zones éclairées et les zones d'ombre

  • il faut éviter les ombres portées sur les surfaces de travail en disposant d'éclairage secondaire
  • il faut éviter la monotonie en créant des zones d'ombre et de lumière, en mettant en valeur des reliefs tout en respectant une échelle convenable de luminance.
  • La couleur des objets ne doit pas être dénaturée et la couleur de la lumière doit être en harmonie avec les teintes de revêtement. L'influence des parois du sol et du plafond est très importante sur la qualité de l'éclairage.




3- les différents modes d'éclairage

  • l'éclairage direct : 80 à 100 % du flux lumineux est dirigé sur la surface à éclairer. Il produit de forts éclairements utiliser pour travailler, écrire et lire mais c'est un éclairage dur qui découpe des ombres nettes et des contrastes violents d’où un risque d'éblouissement. Ils permettent de créer des ambiances par contraste entre les objets éclairés et les zones d'ombre
  • l'éclairage indirect : la totalité du flux émis est projetée au plafond ou sur un mur. La lumière est réfléchie, atténuée et adoucit. C'est un éclairage d'ambiance aux effets décoratifs, reposant, confortable et homogène sans relief, sans ombre donnant une sensation d'espace flou et présentant un très mauvais rendement.
  • L’éclairement semi direct : la majorité du flux lumineux 60 à 90 % est projeté sur l'objet éclairé ou le plan de travail. Le reste est projeté au plafond ou sur une paroi où il est réfléchi pour donner un net serment d'ambiance. Le rendement est correct mais l'ambiance lumineuse est bonne.
  • L'éclairage semi indirect : il y a 10 à 40 % de la lumière qui est dirigée sur la surface à éclairer, le reste est réfléchie. Les ombres sont diminuées, l'ambiance est bonne mais le rendement médiocre.
  • L'éclairage diffusé : la source lumineuse est dissimulée derrière un diffuseur. Ce qui supprime l'éblouissement, répartis le flux lumineux également dans toutes les directions et nuance l'éclairage. Le rendement est affaibli




4- les facteurs d'éclairage

  • écrire : 300 lux flux lumineux direct
  • manger : 200 lux position de la source en cas d'éclairage indirect.
  • Donner à voir des objets : 150 lux distance par rapport à la surface d'utilisation.
  • Circuler : 10 à 100 lux






  • préparer à manger : 300 lux
  • ranger : 100 lux
  • se détendre : variable
  • se regarder dans un miroir : 500 lux
  • réparer un appareil : 200 lux




5- les conditions d’un bon éclairage



  • l'éclairage de la cuisine : 500 lux


L’éclairage général situé au plafond et au centre de la pièce sera réalisé de préférence en incandescence ou en halogène, plus rarement en fluorescence. Un niveau d’éclairement de 200 lux est recommandé si la pièce longue, ça peut mettre plusieurs points lumineux dans l'axe. L'éclairage localisé est indispensable pour combattre les ombres portées par l'éclairage central. On peut disposer des lampes de tubes à incandescence ou à fluorescences sous un meuble haut ou derrière un bandeau mural. Les étagères peuvent être éclairées par 2 tubes verticaux situés latéralement. L'éclairage localisé est indispensable au-dessus de l'évier, du plan de travail, des préparations des aliments et au-dessus de la table de cuisson. Pour un éclairage général de 200 à 300 lux l'éclairage localisé ne devra dépasser de 1200 à 2000 lux.



  • L'éclairage dans la salle de bains


Il doit :

> respecter les règles de sécurité selon les normes relatives aux salles de bains

> Ne pas dénaturer les couleurs

> être suffisant sans éblouir



L'éclairage général n'est pas très important en puissance car la pièce est généralement petite. Un éclairage indirect peut être envisagé. Les éclairages localisés s'appliquent au lavabo, à la coiffeuse et à la glace. Un éclairement de 300 lux peut être obtenu avec des tubes masqués à la vue pour éviter tout éblouissement.



  • L'éclairage du séjour


> Le coin repas

Un éclairage par une suspension avec lampe à incandescence, éclairant la totalité de la table convient très bien. De même des lampes halogènes 12 V a réflecteurs incorporés donnent un très bon effet.

> Le coin lecture, conversation.

Pour la conversation un éclairage diffus à l'aide et d'applique peut parfaitement convenir alors que pour la lecture, un éclairage localisé nécessaire pour regarder la télé, un écran de télé étant très lumineux, il n'est pas recommandé de le regarder dans une obscurité complète. Un éclairage d'ambiance est recommandé pour atténuer le contraste entre l'écran et l'obscurité.



  • L'éclairage de la chambre.


Elle doit posséder un éclairage général d'ambiance obtenue par une suspension fixée au plafond au centre de la pièce et en complément différents éclairages localisés sont nécessaires.



6- guides d'achat d'un luminaire



  • l'appareil


> Usage

> Type d'éclairage : ponctuel, d'ambiance, direct, diffus ou intensif, indirect, spécifique, liée à une activité particulière, permanents ou intermittents, qui part du plafond du mur ou du sol.

> Couleur de l'éclairage et IRC

> Chaleur

> Forme

> Sa matière et sa couleur

> Sa dimension

> Son type d'accrochage

> La mobilité

> L’orientation

> La fragilité

> La maniabilité

> Les accessoires possibles

> La lampe





  • Le lieu


> Le style de la pièce

> Le type de point d'alimentation

> La hauteur sous plafond

> La hauteur entre point éclairé et plafond

> La dimension des murs

> La distance entre les murs

> Les points particuliers

> Facilité d'entretien et accessibilité

> Le sol

> Qualité et profondeur du support

> Le type de pièces

> savoir s'il y a de la fumée

> encastré dans plafond

> Le budget envisagé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bts-esf-fiches.actifforum.com
 
ambiance lumineuse suite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boule lumineuse Joigny sur Meuse (Ardennes – 08)
» La Croix Lumineuse s'en vient ! VITE à Lire !
» 2010: Le 30/06 à 23h20 -Une boule très lumineuse plus grosse que Venus - Balan - (08)
» (météore) Boule lumineuse: météorite ou phénomène ovni ?
» 2010:Le 26/06 à 23h56 - sphére lumineuse - calvados - (14)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fiches de bts esf :: fiches :: echange de fiche sthe 2-
Sauter vers: