fiches de bts esf

fiches de bts gratuit et échange
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 LA PERSONNE ÂGEE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
martine



Nombre de messages: 25
Age: 51
Localisation: puy de dôme
Date d'inscription: 27/09/2006

MessageSujet: LA PERSONNE ÂGEE   Jeu 28 Sep - 10:27

LA VIEILLESSE :

Selon l’OMS, on devient une personne âgée à 65 ans. Avec l’allongement de la vie, on parle même de 4ème âge.

On a le senior qui est à la retraite et qui est très actif et on a aussi la personne entièrement dépendante, alitée qui a besoin de soins médicaux.

L’aspect sociologique et psychosociologique :

Au Moyen-Age, la personne âgée était quasi-inexistante car les gens mourraient tôt. La personne âgée représentait la mort, la crainte voir parfois la sorcellerie.

A la Renaissance, il y a une explosion démographique due à de meilleures conditions de vie et à la disparition des grandes épidémies. Le vieillard représente plus à cette époque, le savoir, la sagesse ; il y a une valorisation de l’image de la personne âgée.

Après la Révolution, il y a une mise en place de l’Etat civil ; on connaît donc l’âge des gens et l’âge devient un baromètre. On va fixer un âge maximum pour exercer telle ou telle profession.

L’époque contemporaine est appelée par Jean Pierre Bois, un historien, « la révolution de la longévité ». L’espérance de vie augmente grâce au progrès de la médecine.

La part de la population des personnes âgées a fortement augmentée depuis les années 1960. Cette population qui augmente cache une très grande disparité. On a les personnes âgées très actives qui consomment et intéressent donc les publicitaires et la personne âgée dépendante qui a besoin d’une assistance personnelle. Dans la dépendance il y a différents degrés (AGGIR et la grille COLVEZ).


14
La personne âgée consomme beaucoup d’assurance et de produit financier. Elle soutien la consommation des ménages. Cependant, il faut noter que la pauvreté augmente depuis quelques années chez la personne âgée à cause du veuvage et au fait que les personnes âgées vivent plus longtemps mais n’ont pas assez cotisées.

La position de la personne âgée a été bousculée dans la famille. Avant, elle était l’ancêtre et avait une place très importante. Elle vieillissait et mourrait dans sa famille ; il y a avait une solidarité familiale.

De nos jours, le travail féminin fait que l’on ne peut plus s’occuper de la personne âgée chez soi ; de plus l’individualisme s’est beaucoup développé.

Le vieillissement est à la fois une cause et une conséquence sociale. Le travail est un intégrateur social et avec la perte du travail, il y aura un bouleversement. La société a du mal a donner une vision nuancée de la personne âgée, on est dans une société du jeunisme (= culte de la jeunesse).

L’aspect cognitif :

Le vieillissement atteint tout individu dès sa naissance. Sur le plan cognitif, les atteintes sont réelles. La mémoire est la première fonction touchée. Quand il faut à la fois stocker et traiter les informations, il y a des difficultés. Par contre, l’intelligence cristallisée est maintenue. C’est elle qui retient le contenu des connaissances. L’élaboration narrative s’améliore avec l’âge. Au niveau du langage, l’usage didactique se détériore, il diminue.

On retrouve la maladie d’Alzheimer, du nom du psychiatre allemand qui l’a découvert. Cette maladie est une maladie dégénérative et neurologique qui peut commencer à partir de 45 ans. La maladie se manifeste par des troubles de la mémoire suivi par un déclin continu et graduel des fonctions cognitives. On a aussi des troubles apraxique (=difficulté à réaliser des gestes quotidien tel que l’habillage). A cela s’ajoute l’apathie, les accès de colère et l’agitation. La phase terminale est un syndrome démentiel majeur qui rend la communication impossible avec une perte complète de l’autonomie ; cette phase intervient 5 à 10 ans après les premiers symptômes.

L’aspect psychologique :

La ferme de relation se referme ; leurs centres de préoccupation se tourne vers eux-mêmes. Des études ont montré que la fréquence de dépression sévère n’est pas plus présente chez les personnes âgées. Par contre, au moment de rentrer dans l’institutionnel, il y a une dépression réactionnelle due au sentiment d’abandon, au sentiment que sa dernière demeure c’est celle dans laquelle on entre ; on se voit mourir. Le vieillissement est une blessure narcissique. L’image du « moi » est blessée. La personne âgée vit un décalage entre son apparence et son identité.

« Soma » signifie corps ; ce mot est proche d’un autre mot qui signifie tombe. La personne âgée traîne son corps vers la mort.

La personne âgée va avoir des pulsions qui vont se réinvestir sur des objets de l’enfance tel que la gourmandise. L’appareil psychique peut être débordé par des pulsions et la personne âgée va se réfugier dans une certaine rigidité. Ex : il faut faire ci, ça,…

Par rapport à la mort, la personne âgée doit faire le deuil de sa jeunesse ; il y a une certaine forme de mélancolie (=tristesse liée à un objet perdu) lorsque le deuil n’est pas fait. Il y a une dévalorisation du présent (avant c’était mieux) liée à la mélancolie.

Chez la personne âgée, la pulsion de mort est à l’œuvre : désintérêt des besoins vitaux (refus de s’alimenter), se laisser mourir,… ; c’est le syndrome de glissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LA PERSONNE ÂGEE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fiches de bts esf ::  :: -