fiches de bts esf

fiches de bts gratuit et échange
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 logements locaux professionels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
odray
Admin


Nombre de messages : 141
Localisation : alsace
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: logements locaux professionels   Jeu 19 Oct - 11:21



Logements et locaux professionnels.







L'étude technique du logement et des locaux professionnels.


I-l'étude fonctionnelle du logement et des espaces de vie collective.

Le logement : c'est la partie d'une maison d'un immeuble où l'on habite.

Le local : c'est un lieu ou une partie d'un bâtiment qui a une destination déterminée.



Le logement est l'une des bases de la vie sociale, ses qualités propres, son aménagement interne, et ses équipements influent directement sur l'équilibre familial et par là même sur celui de la collectivité. Aussi est-il d'une importance décisive de se préoccuper tout particulièrement de la qualité de l'habitat.





A-concept d'espace dans le logement.

La taille du logement est l'une des questions décisives posées par l'habitat. Les loyers se calculant en première ligne d'après la superficie en m2, il est compréhensible qu'on cherche à les maintenir à un bas niveau par la plus grande exiguïté est possible. Toutefois on se tromperait si l'on pensait sauvegarder de cette manière la qualité de l'habitat : de trop petits logement ne sont pas autres chose que de mauvais locaux d'habitation. Il faut partir du principe fondamental qui n'existe pas de type d'habitat idéal, valable pour tous les cas, et cela même si on semble pour ainsi dire avoir découvert une solution internationale dans le plan ouvert et espace cuisine, l'espace repas, espace séjour et partie réservé au sommeil. Il y a autant de variantes d'habitation que de besoins humains différents. La seule question que l'on doit se poser est la suivante : quelle sorte d'habitation est en mesure de satisfaire quel besoin ? Notre habitat actuel dérive généralement du mode d'habitation rurale c'est-à-dire grande salle et cuisine et chambre attenante. Ces dispositions fonctionnelles des pièces s'expliquent facilement par la nature des activités paysannes : se retrouver ensemble le soir avec la famille après le travail quotidien relativement solitaire représent une nécessité. De même de petites chambres suffisent la nuit pour dormir quand on a passé toute une journée en plein air dans la nature. Le travail industriel en revanche n'a plus rien de commun avec de telles activités : l'apparition de nouvelles formes de dépendance économique, la disparition de l'espace suffisant nécessaire au mouvement, la confrontation permanente avec les autres, le bruit et les médias ont fait se développer de tout autre besoin.





B-analyse fonctionnelle des locaux.

L'endroit où nous vivons doit s'adapter aux activités les plus diverses. Pour être à la fois confortable et agréable notre logement doit répondre avec efficacité à nos besoins quotidiens. Son aménagement doit prévoir des lieux de retraite où protéger notre solitude et des pièces communes où se réunir avec la famille et entre amis. D'où la nécessité pour répondre à toutes les exigences d'un plan précis, d'installation efficace et d'un aménagement souple et fonctionnel.







1-les fonctions du logement.

On peut distinguer trois fonctions principales :

*s'abriter : locale clos et couvert, chauffé, bien isolé, éclairé, aéré et sécurisé.

*satisfaire les besoins primaires : pièces spécialisées.

*créer un lieu de vie : vie familiale liée au mode de vie de chaque individu. Pièces différentes avec l'équipement spécialisé.







2-la qualités du logement.

Elle est liée aux conditions de salubrité et à son adaptation aux besoins de ses occupants.







Les conditions de salubrité.,



*aération : l'homme respire, consomment de l'oxygène et rejette du CO2. Les besoins en oxygène varient d'un individu à l'autre en fonction de son poids ,de sa taille, de son activité et du type de chauffage. Pour éviter les risques d'asphyxie due au confinement le volume d'air minimum doit être de 16 à 24 mètres cubes.

La ventilation consiste à extraire de façon naturelle ou mécanique l'air pollué d'un local puis à introduire de l'air neuf provenant de l'extérieur. La pollution atmosphérique ne se limite pas à l'extérieur, elle englobe également la pollution à l'intérieur des locaux dans lesquels nous passons la majorité de notre temps. L'air extérieur, le seul, les matériaux et produits de construction, les équipements et aménagements mais également le type d'occupation des locaux et les activités humaines sont susceptibles de polluer l'air intérieur.

La prévention étant le premier remède, il est donc important de diminuer le nombre d'allergènes et de polluants dans l'environnement. Quelques règles s'imposent :

-lutter contre les acariens impliquent de modifier la conception du confort : absence de moquette épaisse, de doubles rideaux, préférence pour les fibres synthétiques,lit aéré dans une pièce ensoleillée, où ce sont les matelas, et les oreillers.

-lutter contre l'humidité est pas une aération suffisante en respectant les règles de ventilation.

-lutter contre les moisissures par un nettoyage, boucher aération et ventilation.

-utiliser rationnellement les produits de nettoyage et de bricolage en aérant les pièces pendant les utilisations et même parfois les jours qui suivent.





*le chauffage.

Tant pour le confort que pour le budget rien ne sert de chauffer si l'appartement n'est pas bien isolé. L'isolation des parois, des portes, des fenêtres et de la toiture est donc complémentaire au choix du système de chauffage et à son entretien. La température agréable pour l'homme au repos est variable selon l'individu (18° à 20°).



*L'hygrométrie.

Le taux d'humidité dans l'air. On pose généralement comme règle qu'un bon confort nécessite un taux hygrométrique faible voisin de 50 %. Ceci est de plus en plus dénoncé par les spécialistes ORL qui ont démontré que le nombre de bactéries, de champignons et de bactériens dans 1 m² d'air est multiplié par 10 quand le taux d'hygrométrie pas de 40 à plus de 60. Il recommande de réguler l'hygrométrie dans la fourchette 30 à 40 % . En dessous de 40 % l'air est trop sec et fragilise les muqueuses, au-dessus de 70 l'air est trop humide et le séchage devient difficile, l'élimination de la transpiration et difficile entraînant la prolifération microbienne.



*la lumière.

Qu'elle soit naturelle ou artificielle, la lumière joue un grand rôle dans le logement. L'éclairage naturel étant celui qui donne les meilleurs résultats, l'orientation de la maison doit donc être réfléchie pour profiter tout au long de l'année du meilleur ensoleillement sans souffrir d'une chaleur excessive l'été. De plus, le soleil joue un rôle dans l'habitation, il contribue à l'assainissement grâce à l'action bactéricide de ses rayons UV et réchauffe par ses rayons infrarouges.

Les fenêtres orientées:

-au Nord : un peu de lumière

-au sud : rayons horizontaux en hiver, perpendiculaire en été

-à l'est et à l'ouest : bonne ensoleillement en été et en hiver

-au sud-est et sud-ouest : également

-au nord-ouest et le nord-est : pas de soleil en hiver, mais convenable pendant les autres saisons.



*le bruit.

Échelle du bruit.

Le seuil d'audibilité est de 0 dB

un vent léger : 20 dB

une chambre à coucher : 30 dB

séjour : 40 dB

fenêtre sur rue : 60 dB

salle de classe : 70 dB

automobile : 80 dB

ronflement : 85 dB

seuil de risque : 85 dB

aboiements : 90 dB

restaurant scolaire : 95 dB

motos : 100 dB

discothèque : 110 dB

avion : 120 dB

seuil de douleur : 120 dB

avions au décollage : 140 dB



Dans un logement, le bruit est transmis par la structure du bâtiment et par l'air avant d'arriver jusqu'aux oreilles. On distingue alors différents types de bruit :

-le bruit aérien extérieur (par exemple un avion ou des voitures) : là où passe l'air, passe le bruit . Bien veiller à l'isolation.

-le bruit aérien intérieur (par exemple le bruit d'une télé dans voisin) : réduire la source. Améliorer l'isolation.

-le bruit d'impact (par exemple entendre les pas du voisin dans haut) : idem.
-le bruit des équipements (par exemple entendre l'ascenseur de l'immeuble) : collectif et individuel(chauffage, vide ordures, ascenseurs), ou (chaudières, chasse d'eau, robineterie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bts-esf-fiches.actifforum.com
 
logements locaux professionels
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2009:articles dans les journaux locaux des objets observés dans le 02 !
» Produits locaux et bio au menu du restaurant scolaire
» Prénoms locaux, peu usités
» Hygiène locaux
» les locaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fiches de bts esf :: fiches :: echange de fiche sthe 2-
Sauter vers: